Éditions du Dauphin - Psychologie Jungienne 
Psychologie Jungienne

Affichage des produits 1–10 sur 15

Trier par:
    • Alchimie & imagination active Par: Marie-Louise Von Franz 16,00

      Après un bref historique des origines de l’alchimie, Marie-Louise Von Franz commente ici un traité alchimique classique du XVIIe siècle. L’auteur, Gerhard Dorn, occupe une place spéciale dans la littérature hermétique par le degré de conscience avec lequel il traite du grand œuvre : “ Transformez-vous, s’écrit-il, en pierres philosophales vivantes ! ” C. G. Jung trouvera en lui un guide précieux pour son élucidation du mystère alchimique.
      Avec le remarquable sens pédagogique qui est le sien, Marie-Louise Von Franz, montre dans le livre de Dorn un bel exemple du dialogue intérieur appelé par Jung imagination active. Elle met en relief la manière dont l’alchimie et la psychologie des profondeurs constituent des versions étroitement liées au secret divin de l’être humain.

    • L’ombre et le mal dans les contes de fées Par: Marie-Louise Von Franz 20,00

      La foi dans le progrès et les lumières de la raison, qui avait gouverné l’Occident pendant deux siècles, s’est brutalement éclipsée, nous laissant aux prises avec le mystère du mal. Celui-ci réapparaît plus obsédant que jamais et met en cause la survie de l’humanité. Dialoguer avec les mauvaises puissances qui demeurent en nous pour les désarmer et les changer en influences bénéfiques, faire d’elles une partie intégrante d’une conscience plus vaste et d’une harmonieuse totalité humaine, c’est là un aspect majeur de la réalisation décrite par la psychologie de C. G. Jung. En recourant à l’expérience millénaire que traduisent les contes de fées, Marie-Louise Von Franz éclaire de façon pratique les phases de cette rencontre avec le dragon. Elle nous fournit ainsi un instrument de choix pour mener à bien l’œuvre périlleuse et inéluctable avec laquelle nous sommes confrontés en ce début de l’ère du Verseau.

    • Les énergies du mal en psychothérapie analytique jungienne Par: Bertrand de la Vaissière 25,00

      Les énergies du mal font partie de notre réalité quotidienne. Nous pouvons tous y être confrontés directement ou indirectement. La dépression et les différentes atteintes psychopathologiques personnelles ou dans l’entourage, les maltraitances familiales ou professionnelles en attestent. De même les conséquences des influences négatives et des unilatéralités d’une culture , les exactions idéologiques ou confessionnelles, les expriment.

      L’engagement en psychothérapie est une nécessite pour certains dans la mesure ou il permet de mieux prendre en compte la souffrance et ou il ouvre une possibilité de libération de l’être.
      La question se pose aussi de savoir si les forces qui sont à l’œuvre, et sont susceptibles de conduire au mal tant sur le plan individuel qu’au niveau collectif peuvent faire l’objet d’un travail conscient, en psychothérapie en vue de les intégrer ou de leur donner une place différente ?
      Quelle peut être la forme de ce travail. Correspond-il à ce que les traditions et les philosophies ont depuis toujours préconisé. Qu’apporte t’il de nouveau ?

      L’engagement dans la voie de l’individuation est une des réponses à la question du mal dans la mesure où toute analyse approfondie est une descente en enfer, une confrontation avec l’adversaire nécessaire (le diable), et une intégration singulière des énergies nucléaires qui travaillent l’homme.

      Ce livre poursuit l’investigation entamée dans le premier ouvrage de l’auteur, Le travail des rêves en psychothérapie analytique jungienne qui mettait l’accent sur le travail de l’inconscient et la clinique du processus alchimique. Issu d’une longue pratique analytique ce nouvel ouvrage montre à quel point le processus, à l’œuvre dans les rêves des patients, impose de rencontrer l’ombre et le mal. Et comment tout individu a la possibilité, dans une certaine mesure, de se défaire de l’emprise du mal, ou de modifier son rapport au mal.

      Bertrand de la Vaissière, né en 1949, analyste et conférencier.
      Il exerce la psychothérapie analytique jungienne et organise des groupes de travail en région d’Avignon sur Paris. Il publie des articles dans diverses revue.

    • Les facettes de l’âme Par: Marie-Laure Colonna 23,00

      La créativité de l’âme est le thème omniprésent du livre, et l’auteur nous en présente tour à tour ses différentes facettes indissociables. Tantôt intelligence active et pénétrante, yang, logos fécondant, tantôt intelligence réceptrice, yin, sagesse des profondeurs, tantôt encore érotique intense, dévoilée dans les rêves dans des images d’union, la créativité de l’âme, de Psyché, naît dans le mariage de l’amour et de l’esprit dont elle est le symbole.
      Aujourd’hui encore la psychologie des profondeurs a gardé ce terme Psyché pour situer les phantasmes et les délires, les folies et les maladies de l’humanité tout comme les plus belles oeuvres de conscience dont elle est capable.Parmi la trentaine de textes déjà publiés dans des ouvrages collectifs ou encore dans les Cahiers jungiens de psychanalyse, l’auteur nous démontre que cette créativité de l’âme intervient dans l’accomplissement de la guérison – l’on vient en analyse parce que l’on souffre – et parce que le contact avec l’inconscient va permettre de déchiffrer ses symptômes et de trouver de nouvelles pistes pour relancer sa vitalité.
      Mais aussi et surtout dans le sens d’évolution de la personnalité nommé par Jung : processus d’individuation. Strate après strate, cette dynamique d’intégration des opposés confronte, réunit et marie la personnalité consciente en transformation, à des plans de plus en plus éloignés de l’inconscient personnel et de l’inconscient collectif, jusqu’à produire le sentiment d’une union sous jacente avec la nature entière.
      Accessible à tous, l’art de rêver, l’apprentissage progressif de l’accueil et de l’interprétation des images issues de l’inconscient est bien sûr, une part capitale de ce cheminement que l’auteur va illustrer tout au long de ces chapitres par des récits de rêves et de situations relatées par ses analysants au fi l des séances.

      Marie-Laure Colonna est philosophe et psychanalyste jungienne. Elle est l’auteur de nombreux articles, notamment dans Les Cahiers jungiens de psychanalyse, sur les liens entre la sexualité et la spiritualité. Elle a beaucoup écrit, également, sur les relations entre les grands mythes universels et la clinique d’aujourd’hui, ainsi que sur l’apport des philosophies orientales à la psychologie des profondeurs. Elle a publié L’aventure du couple aujourd’hui, (Dervy 2007).

    • Le travail des rêves ou la clinique alchimique selon la psychologie jungienne Par: Bertrand de la Vaissière 25,00

      L’alchimie est un courant qui s’est développé à l’intérieur de différentes traditions spirituelles pour les nuancer ou les féconder. Le présent opus ne prétend pas en exposer de façon exhaustive tous les arcanes. Mais il a pour ambition de contribuer à témoigner de l’intérêt clinique, trop méconnu, des travaux de Jung.

      La psychothérapie alchimique ne se conçoit pas en dehors du travail des rêves dans lesquels on repère aujourd’hui les mêmes images fondamentales et les dynamiques du processus déjà contenues dans la tradition hermétique. Les 44 illustrations et études de cas qui sont incluses dans cet ouvrage en attestent. …Pour les cliniciens, l’accent sera d’abord mis sur la materia prima et sur ses extraordinaires propriétés, autrement dit sur l’autonomie de l’inconscient, « grand autre », partenaire essentiel, dont les opérations manifestent parfois une transcendance qui peut être sensiblement perçue.
      Une part importante de l’ouvrage est également consacrée à illustrer les trois couleurs de l’oeuvre qui correspondent au désir d’individuation. L’oeuvre au noir (nigredo), temps d’ouverture à tous les aspects de l’inconscient y compris les plus sombres, l’oeuvre au blanc (albedo) et la maîtrise des passions, l’oeuvre au rouge (rubedo) et ses différents degrés d’incarnation et de relation au monde.

      Ce livre issu d’un long travail expérimental voudrait s’adresser à un public plus large que celui des spécialistes, et témoigner auprès de tous ceux qui, de près ou de loin, sont concernés par la psychothérapie de l’importance clinique de la symbolique alchimique.

      Bertrand de la Vaissière, né en 1949, initié par Étienne Perrot qui l’introduit à la connaissance de l’oeuvre de Jung et de la psychologie alchimique à partir de l’année 1971, a poursuivi sa formation au sein de différents courants analytiques et thérapeutiques, et notamment auprès de Héllée Papadopoulos (SFPA).
      Il exerce la psychothérapie analytique jungienne en région d’Avignon et organise des groupes de travail sur Paris. Il publie des articles dans diverses revues.

    • Les rêves et la vie – Nouvelle édition Par: Étienne Perrot 22,30

      Cette cinquième édition de cet ouvrage suffit à dire l’intérêt du public à l’égard de ce livre. « Les rêves sont la voie royale de l’inconscient » suivant l’expression de Freud, vérifiée dans toute son ampleur par le génie de Jung.

    • Rencontres avec l’âme Par: Barbara Hannah 20,10

      La psychologie de C.G.Jung repose toute entière sur l’expérience de l’inconscient pris dans toute son ampleur, qui est transpersonnelle et infinie. Cette expérience est tirée, d’une part, des rêves et, d’autre part, de l’imagination active.

      Barbara Hannah définit celle-ci comme “un rêve vu ou entendu à l’état de veille.” Ce n’est ni une rêverie passive, ni une activité dirigée par les vues et les vouloirs de l’individu. Le sujet y observe une attitude de présence vigilante, aux écoutes de tout ce qui monte du fond de lui-même, y adhérant de façon vitale et prêt à effectuer des choix éthiques entre les matériaux qui émergent. C’est donc une marche sur le fil du rasoir.

      La confrontation avec l’inconscient vécue par C. G. Jung de 1913 à 1918, dont il est sorti transformé, est le plus bel exemple de cette méthode. Celle-ci se situe aux antipodes de toute technique et illustre ce qui est le maître-mot de la voie jungienne : laisser advenir (geschehen lassen).

      L’auteur présente ici plusieurs récits d’imagination active recueillis chez ses patients et, auprès d’eux, deux précédents historiques.
      On peut ainsi voir qu’il s’agit en l’occurence du dialogue de l’individu avec son âme, tel qu’il se déroule sous sa forme la plus naturelle chez des personnes en qui la pression de l’inconscient revêt certaines formes et atteint une certaine intensité.

    • La délivrance dans les contes de fées Par: Marie-Louise Von Franz 18,55

      Les contes de fées foisonnent de sorciers et de sorcières, jeteurs de sorts variés : transformation en animal, dévo-ration par un dragon, captivité dans un château ou un cer-cueil de verre, pétrification. Cette diversité se retrouve
      dans la façon dont le héros ou l’héroïne, grâce à son cou-rage et aux conseils d’un vieillard ou d’une vieille femme sages, lève la malédiction. L’audace du héros n’est pas seulement physique : en suivant sa propre voie hors des sentiers battus et en faisant confiance aux conseils qui
      lui ont été donnés et qui sont tout à fait irrationnels, il manifeste sa fermeté d’âme et apporte un élément de renouveau psychique qui délivre ceux qui ont été “ maudits ”.

      Qui de nous ne s’est senti, à un moment donné, prisonnier d’une situation ou d’un conflit intérieur ? Abêti et rendu muet par la dépression, quand le sens de la vie se perd ? Dévoré d’angoisse ?

      Les solutions proposées par les contes de fées, ces “ rêves collectifs ”, reflets des archétypes et des dynamismes de l’inconscient collectif, peuvent nous mettre sur la voie de
      la délivrance. C’est ce que nous montre avec justesse d’interprétation habituelle Marie-Louise von Franz, dans
      ce sixième livre qu’elle leur a consacré.

      Marie-Louise von Franz (1915-1998) a été la collabora-
      trice de c. g. jung pendant plus de trente ans. Écrivain, conférencière, psychothérapeute, son œuvre est une contribution considérable à la psychologie des profon-
      deurs.

    • L’interprétation des contes de fées Par: Marie-Louise Von Franz 20,30

      les contes de fées, ces productions mystérieuses de l’âme populaire qui se racontaient aux veillées, ont longtemps joué le rôle d’un enseignement de sagesse destiné autant aux adultes qu’aux enfants. Cette sagesse conservait des éléments païens et restait plus proche de l’inconscient et de la nature que l’enseignement chrétien qu’elle complétait en y intégrant, en particulier, le problème du mal.

      La psychologie des profondeurs de Carl Gustav jung a permis à sa collaboratrice et continuatrice Marie-Louise von Franz de pénétrer le sens symbolique et psychologique des contes et de nous en transmettre la “ substantifique moelle ”.

      Le présent ouvrage, dont c’est la sixième édition, fait partie d’un ensemble de six titres consacrés à ce sujet par l’auteur. L’ensemble a paru à l’enseigne de

    • La femme dans les contes de fées Par: Marie-Louise Von Franz 20,30

      Marie-Lousie von Franz, qui fut pendant près de trente ans la collaboratrice de c. g. jung dans les recherches décisives qui occupèrent la seconde partie de sa vie, est généralement reconnue comme sa continuatrice la plus fidèle et la plus originale.
      Psychothérapeute, écrivain, conférencière internationale, elle a assuré dans le monde entier la présence vivante du génie de Jung.

      L’un des traits marquants de l’époque contemporaine est incontestablement la prise de conscience que la femme opère d’elle-même. Toutefois ce mouvement de “ libération ” aboutit trop souvent à des impasses, faute de prémisses psychologiques satisfaisantes, autrement dit, de réalisme à base de connaissance et de discernement.

      La psychologie des profondeurs offre à la femme en quête d’elle-même un instrument de premier ordre, par l’écoute de l’inconscient.

      Marie-Louise von Franz a puisé dans ce réservoir de symboles de l’âme collective que sont les contes de fées pour mettre en lumière les facettes variées de l’âme féminine. Son expérience de femme et de thérapeute lui permet de dégager de là de riches renseignements.

      La présente étude constitue une contribution de premier ordre à la restauration d’un équilibre indispensable à la vie de l’humanité, menacée par les productions de la “ démesure ” masculine.